Accueil > Fiches métiers > Tous les métiers >

Fiche du métier : Chef de Projet Eolien

Date de dernière modification : 02/09/2009

Domaine : Energie
Mot Clé : Maîtrise de l'énergie
Niveau(x) de formation :



Que fait il ? :

Pas question de procéder à l'installation d'un parc éolien, sans réaliser en amont, tout un travail d'étude, de prospection et de concertation. Choisir un site, identifier les obstacles et proposer des solutions : c'est le rôle du chef de projet éolien.
Le chef de projet éolien est impliqué à toutes les étapes préliminaires, nécessaires au développement d'un projet éolien. Son premier travail consiste à sélectionner les sites d'implantation des éoliennes. À son actif : l'analyse du contexte topographique et du type de sol. L'évaluation du potentiel de production d'énergie relève également de ses fonctions. Ce développeur éolien réalise lui-même ou fait établir une série d'études de faisabilité technique et économique.
Tous les risques éventuels sont passés au crible. Il évalue les impacts sur l'environnement, analyse les contraintes réglementaires, étudie les possibilités de raccordement au réseau électrique existant. Il fait aussi réaliser des études de vent, par le biais de mâts de mesure. Ce pro de l'expertise est aussi un homme de dialogue et de concertation.
Pour persuader et convaincre de l'intérêt de son projet, il est en relation constante avec les collectivités locales, les citoyens et la presse. Solliciter et trouver des accords avec les propriétaires, les élus des communes, les administrations... c'est son rôle. Son objectif : déposer et obtenir un permis de construire.

Lieu d'activité :

-Le chef de projet éolien travaille, le plus souvent, dans un bureau d'études.
-Il exerce ses activités pour le compte d'entreprises possédant un service environnement (EDF Énergies nouvelles...) ou pour des entreprises spécialisées (Compagnie du vent, EED, Eole Res...).

Salaire :

Autour de 2000 € brut/mois.

Débouchés :

Le secteur de l'énergie éolienne, encore très expérimental, offre peu d'emplois. Et parmi ces derniers, les domaines études et recherche et développement n'occupent guère plus de 20 % des postes. À chacun, donc, de « s'infiltrer », en mettant toutes les chances de son côté. Une bonne idée : miser sur l'étranger.

Cependant, c'est un secteur prometteur. C'est aujourd'hui une filière industrielle mûre, au potentiel de croissance considérable. D'ici à 2010, on attend un triplement de la puissance éolienne installée en Europe. Nul doute alors, que la progression constante de ce secteur offrira, sous peu, de réelles opportunités de postes.
En tête des prévisions d'emplois : la fabrication, le développement de projets...

D'ici à 2010, l'atteinte des objectifs que s'est fixés la France, devrait permettre la création de plus de 30 000 emplois. Presque toutes les régions sont concernées. Six régions sont considérées comme leaders, en matière de développement éolien : la Bretagne, le Centre, la Champagne-Ardenne, la Lorraine, le Languedoc-Roussillon, la Picardie.

Particularités :

Le chef de projet éolien doit être attentif à l'environnement, un sens de la mobilité, un pouvoir de persuasion, avoir le sens de l'organisation et des compétences pointues dans de nombreux domaines, tels que l'écologie, la météorologie, la géologie, la modélisation.
Travail en équipe et autonomie dans la gestion de ses missions sont aussi des compétences importantes dans ce domaine.

Niveau Requis :

Les chefs de projet éolien sont, pour la plupart, issus d'écoles d'ingénieurs généralistes ou spécialisées.
Bac + 5 : c'est le passage obligé pour ces experts, parfois titulaires d'un mastère spécialisé dans le domaine de l'énergie.
• Filière complète en environnement, génie énergétique, génie de l'aménagement : l'EOST de Strasbourg, l'École polytechnique universitaire de Savoie (EPU Chambéry), les INSA de Lyon et de Strasbourg, l'IPLB de Beauvais, Polytech d'Orléans et de Tours...
• Options spécialisées en énergétique, environnement et développement durable, sur les deux dernières années : l'EPF de Sceaux, l'ESA d'Angers, l'ISIV de Valenciennes...
• Option de dernière année, orientée ingénierie environnementale : Centrale Lyon et Paris, l'ENI de Metz, l'ENITIAA de Nantes, les ENSA de Rennes et de Toulouse, l'ENSAIA et l'ENSIC de Nancy, l'ENSCR de Rouen, l'ENSGTI de Pau, l'ENSIEG de Grenoble, l'ENSTA de Paris, l'ENTPE de Vaulx-en-Velin, l'Agrocampus Rennes...
• Masters spécialisés en énergies renouvelables ou en génie de l'environnement : l'ENSAM de Bastia, l'ENSMP (Mines de Paris)...

Où s'adresser :

- Association de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, 75737, Paris, 01 47 65 20 00 Site web : http://www.ademe.fr

- Centre d'information sur l'énergie et l'environnement, 35000, Rennes, 02 99 30 12 13 Site web : http://www.ciele.org

- Comité de liaison énergies renouvelables, 93100, Montreuil, 01 55 86 80 00 Site web : http://www.cler.org

- France énergie éolienne, 75009, Paris, 01 48 78 05 60 Site web : http://www.fee.asso.fr

- Centres d'Information et d'Orientation

- Services universitaires d'accueil, d'orientation et d'insertion professionnelle.


 
PARTENAIRES :